Forum Construire Ensemble avec Nicolas Sarkozy

Forum politique au service de la République, de la Liberté, de l'Egalité et de la Fraternité
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-38%
Le deal à ne pas rater :
PHILIPS SCD301/02- Lot de 4 biberons Natural + sucette, goupillon et ...
30.99 € 49.99 €
Voir le deal

 

 Valérie Pécresse: Aux étudiants, je veux dire…

Aller en bas 
AuteurMessage
sarkonaute
1er avertissement
1er avertissement
sarkonaute

Nombre de messages : 559
Date d'inscription : 29/06/2007

Valérie Pécresse: Aux étudiants, je veux dire… Empty
MessageSujet: Valérie Pécresse: Aux étudiants, je veux dire…   Valérie Pécresse: Aux étudiants, je veux dire… EmptyJeu 22 Nov - 16:43

Aux étudiants, je veux dire…

Depuis quelques jours déjà, des universités sont bloquées et dans d’autres, le déroulement des cours est perturbé. Ainsi s’expriment des craintes et des inquiétudes que partagent certains étudiants, pour leur futur, bien sûr, mais aussi pour celui de l’université.

Je veux répondre aujourd’hui à tous ces étudiants qui doutent et leur dire quelque chose de très simple, mais d’essentiel : le statu quo n’est pas une solution, pas plus que les blocages. Avec la loi sur les libertés et les responsabilités des universités, nous venons de franchir la première étape d’un projet de très grande ampleur : la refondation de notre université, je dirais même sa renaissance. Il était temps, car chacun le sait bien, elle est depuis vingt ans le parent pauvre de notre système de formation. Il suffit d’entrer dans certains amphithéâtres pour le constater. De même, et malgré l’envie de réussir partagée par tous les étudiants, malgré l’engagement de leurs professeurs, nous avons vu, avec l’accession de centaines de milliers de jeunes dans l’enseignement supérieur ces dernières décennies, augmenter l’échec en premier cycle. Dans certaines filières, les licences et les masters sont désormais loin d’être à eux seuls la garantie d’un emploi. De cette situation est né un sentiment de gâchis et parfois d’abandon, que je comprends. Mais cela ne justifie pas l’inaction, car si nous ne faisons rien, ce sont les étudiants et personne d’autre qui en seront les premières victimes. C’est pourquoi je n’ai qu’un seul objectif : agir, agir, et encore agir, pour que naisse une nouvelle université dont nous serons tous fiers. C’est mon ambition, c’est ma vision de l’avenir des universités et je ne veux pas m’arrêter avant d’en avoir fait une réalité. Car cet espoir, ce n’est pas seulement le mien, c’est aussi celui qu’ont exprimé tous les acteurs de la communauté universitaire : cet été, présidents d’université, enseignants-chercheurs, personnels, étudiants, mais aussi députés et sénateurs, tous m’ont dit leur envie profonde de voir les choses changer, de voir l’université redresser la tête, reprendre confiance en elle et s’affirmer à nouveau comme une formation d’excellence ouverte à tous et un moteur de la recherche publique.

Je veux dire les choses très clairement : cette ambition, je n’accepterai jamais qu’elle soit réservée à quelques étudiants. A mes yeux, les universités sont le lieu où se tient la promesse républicaine d’égalité des chances. Il n’en ira jamais autrement : non seulement je ne veux pas de la sélection à l’entrée du premier cycle, mais je veux même qu’il y ait plus, beaucoup plus d’étudiants, et que les difficultés financières ne fassent jamais obstacle à la poursuite d’études. Cent millions d’euros ont d’ores et déjà été prévus pour cela : ils permettront notamment d’étendre le bénéfice des bourses aux classes moyennes et d’augmenter le montant des aides versées à ceux qui en ont le plus besoin. Et les frais d’inscription à l’université resteront fixés par l’Etat. Je le rappelle, ils sont de 165 euros pour la licence et de 215 euros pour le master. Parce que nous partageons tous cet espoir, je sais qu’ensemble nous allons réussir et changer l’université.

D’abord en lui donnant les crédits budgétaires supplémentaires dont elle a tant besoin. Dès 2008, un milliard d’euros de plus sera consacré aux universités, et il en ira ainsi chaque année, jusqu’en 2012. Au total, grâce à l’effort de l’Etat, le budget des universités augmentera de 50 %, ce qui permettra de transformer profondément le visage des campus et de proposer aux étudiants des conditions de vie et d’études enfin semblables à celles que connaissent leurs camarades étrangers. Je pense en particulier à la construction et à la rénovation de logements offerts à des prix accessibles, parce qu’être étudiant c’est aussi prendre son autonomie. Dès cette année, c’est cent cinquante-cinq millions d’euros qui seront consacrés au logement étudiant. En reconnaissant une vraie responsabilité aux universités ensuite, celle de l’orientation et de l’insertion professionnelle de leurs étudiants. En leur reconnaissant aussi la liberté qui va avec ces responsabilités. C’est ainsi que nous en finirons avec l’échec en premier cycle, en permettant aux universités, et en particulier aux enseignants, d’innover et de mettre toute leur créativité à accompagner leurs étudiants. Tous les moyens disponibles dans la société française doivent s’investir dans le défi de la formation de la jeunesse. C’est pourquoi les universités pourront créer des fondations pour accueillir les fonds des mécènes, des anciens étudiants et des entreprises. Pourquoi les priver d’une ressource à laquelle toutes les universités du monde ont accès ? Mais leurs conseils d’administration, où siègent des étudiants et des enseignants-chercheurs farouchement attachés à leur indépendance, resteront seuls maîtres de l’usage des fonds récoltés. L’Etat continuera de définir le contenu des formations et des diplômes, il s’engagera financièrement aux côtés des universités comme jamais il ne l’a fait. Dans ce contexte, il n’y a aucun risque de privatisation.

Voilà la nouvelle université telle que je la vois : vivante, attirante, offrant à nos étudiants des formations de qualité qui leur ouvrent les portes de l’avenir. Une université qui tend des ponts et des passerelles entre filières courtes (STS, IUT) et filières longues, entre les facs et les grandes écoles, réunies dans des pôles de recherche et d’enseignement supérieur. En un mot, une université capable de briller dans un monde où chaque pays rivalise désormais d’intelligence. Aux étudiants, je veux donc dire une seule chose : je compte sur vous pour changer le visage de l’université. Elle le mérite, vous le méritez.

http://www.liberation.fr/rebonds/292709.FR.php
Revenir en haut Aller en bas
Wild cat
Sympathisant
Sympathisant
Wild cat

Nombre de messages : 33
Date d'inscription : 22/11/2007

Valérie Pécresse: Aux étudiants, je veux dire… Empty
MessageSujet: Re: Valérie Pécresse: Aux étudiants, je veux dire…   Valérie Pécresse: Aux étudiants, je veux dire… EmptyJeu 22 Nov - 16:57

Elle aurait du leur expliquer comment Tariq Ramadan, un brave gars qui nous explique comment lapider sa femme, c’est retrouvé prof dans des facs anglaise suisse et néerlandaise grâce aux financements privés venus du golf…
Revenir en haut Aller en bas
sarkonaute
1er avertissement
1er avertissement
sarkonaute

Nombre de messages : 559
Date d'inscription : 29/06/2007

Valérie Pécresse: Aux étudiants, je veux dire… Empty
MessageSujet: Re: Valérie Pécresse: Aux étudiants, je veux dire…   Valérie Pécresse: Aux étudiants, je veux dire… EmptyJeu 22 Nov - 18:06

on est en france, où ne prévaut pas le systeme multiculturaliste et où ramadan n'est pas en odeur de sainteté.
par ailleurs le conseil d'administration est décisionnaire sur les nominations, et je vois mal les représentants des profs ou des étudiants accepter ça Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Wild cat
Sympathisant
Sympathisant
Wild cat

Nombre de messages : 33
Date d'inscription : 22/11/2007

Valérie Pécresse: Aux étudiants, je veux dire… Empty
MessageSujet: Re: Valérie Pécresse: Aux étudiants, je veux dire…   Valérie Pécresse: Aux étudiants, je veux dire… EmptyJeu 22 Nov - 18:08

Ha oui ? Et quand un prince arabe fera un joli cheque à la fac qui pourra financer ce qu'elle veut en échange d'une chaire ?
L'argent n'a pas d'odeur, en France comme ailleur.
Revenir en haut Aller en bas
sarkonaute
1er avertissement
1er avertissement
sarkonaute

Nombre de messages : 559
Date d'inscription : 29/06/2007

Valérie Pécresse: Aux étudiants, je veux dire… Empty
MessageSujet: Re: Valérie Pécresse: Aux étudiants, je veux dire…   Valérie Pécresse: Aux étudiants, je veux dire… EmptyJeu 22 Nov - 18:10

je pense qu'on peut compter sur les profs et syndicats d'étudiants gauchistes pour refuser, si d'aventure l'administration ne faisait pas son travail.
Revenir en haut Aller en bas
Aurélie
Modérateur
Modérateur
Aurélie

Féminin
Nombre de messages : 1166
Age : 34
Localisation : Val d'Oise
Personnage politique préféré : Willy Brandt
Parti politique affilié : PS
Date d'inscription : 19/05/2007

Valérie Pécresse: Aux étudiants, je veux dire… Empty
MessageSujet: Re: Valérie Pécresse: Aux étudiants, je veux dire…   Valérie Pécresse: Aux étudiants, je veux dire… EmptyJeu 22 Nov - 18:16

Mais leurs protestations seront vaines, puisque l'administration aura un pouvoir exorbitant, ça donnera certainement un chantage du genre "refusez untel, et je colle mon veto sur le recrutement de machin..."

_________________
L'autre jour, au fond d'un vallon,
Un serpent piqua Jean Fréron.
Que croyez-vous qu'il arriva?
Ce fut le serpent qui creva.
Voltaire
Revenir en haut Aller en bas
Wild cat
Sympathisant
Sympathisant
Wild cat

Nombre de messages : 33
Date d'inscription : 22/11/2007

Valérie Pécresse: Aux étudiants, je veux dire… Empty
MessageSujet: Re: Valérie Pécresse: Aux étudiants, je veux dire…   Valérie Pécresse: Aux étudiants, je veux dire… EmptyJeu 22 Nov - 18:29

C'est ce qu'il font dans la rue et dans les facs, ils sont pas contents.
Revenir en haut Aller en bas
sarkonaute
1er avertissement
1er avertissement
sarkonaute

Nombre de messages : 559
Date d'inscription : 29/06/2007

Valérie Pécresse: Aux étudiants, je veux dire… Empty
MessageSujet: Re: Valérie Pécresse: Aux étudiants, je veux dire…   Valérie Pécresse: Aux étudiants, je veux dire… EmptyJeu 22 Nov - 19:15

Christine Musselin, directrice du Centre de sociologie des organisations, spécialiste de l'enseignement supérieur et auteur de "La longue marche des universités françaises" (PUF) a écrit:

(...) la présence de représentants des partenaires économiques ne va pas subordonner l'université aux demandes de ces partenaires. Par ailleurs, on ne peut pas ignorer le fait qu'une des missions des universités est de former le personnel, les futurs employés du monde économique. Ce n'est pas la seule vocation de l'université, mais c'est quand même une de ses vocations importantes. Il ne me paraît donc pas scandaleux que des représentants des employeurs, des futurs employeurs des étudiants soient présents dans ces conseils d'administration.

Pour ma part, je trouve que les craintes exprimées par les étudiants à l'égard des entreprises sont vraiment surestimées. D'une part, ils sous-estiment la capacité des universitaires à dialoguer, à négocier avec les entreprises. Quand on a l'habitude de passer des contrats de recherche avec des partenaires extérieurs au monde universitaire, on sait très bien que ces partenaires n'imposent pas leurs exigences et qu'on est au contraire dans des relations de négociation entre le monde universitaire et les demandes des entreprises.

Pour avoir travaillé sur l'enseignement supérieur américain, et pour avoir regardé ce qui se passait dans des universités privées, il n'y a pas dans ces établissements de diktats de la part des entreprises, mais des contrats qui sont passés, des accords de part et d'autre sur ce que l'on s'engage à faire. En particulier, sur le contenu des enseignements. Ce ne sont pas les entreprises qui imposent ce qui va être enseigné. En revanche, il me semble justifié que les enseignants se demandent, quand ils développent des formations, quels sont les marchés du travail, publics ou privés ou académiques, qui s'ouvrent pour leurs étudiants. Ce n'est pas la seule vocation de l'université, mais c'est une mission qu'elle ne peut pas ignorer.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Valérie Pécresse: Aux étudiants, je veux dire… Empty
MessageSujet: Re: Valérie Pécresse: Aux étudiants, je veux dire…   Valérie Pécresse: Aux étudiants, je veux dire… Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Valérie Pécresse: Aux étudiants, je veux dire…
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Construire Ensemble avec Nicolas Sarkozy :: Débats nationaux et internationaux :: Actualité nationale-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser