Forum Construire Ensemble avec Nicolas Sarkozy

Forum politique au service de la République, de la Liberté, de l'Egalité et de la Fraternité
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-79%
Le deal à ne pas rater :
Batterie externe 26800 mAh à charge rapide
22.95 € 110 €
Voir le deal
Le deal à ne pas rater :
Codes promo Asos Les French Days : jusqu’à 50€ de remise
Voir le deal

 

 Des prêtres catholiques se forment à l'islam

Aller en bas 
AuteurMessage
sarkonaute
1er avertissement
1er avertissement
sarkonaute

Nombre de messages : 559
Date d'inscription : 29/06/2007

Des prêtres catholiques se forment à l'islam Empty
MessageSujet: Des prêtres catholiques se forment à l'islam   Des prêtres catholiques se forment à l'islam EmptyMer 15 Aoû - 1:29

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3224,36-943971,0.html

"Dans mon quartier, l'église est vide et la mosquée est pleine ; cette réalité m'oblige à m'intéresser à l'islam." La franchise n'empêche pas la prudence et le prêtre qui dresse ce constat préfère ne pas être identifié.

Participant à la session de formation organisée récemment à Orsay (Essonne) par le service des relations avec l'islam (SRI) de la Conférence des évêques de France, il a, durant une semaine, découvert l'islam en France et dans le monde sous ses aspects historiques, spirituels, sociaux, culturels et religieux.


Sur le terrain ou au niveau institutionnel, les contacts du monde catholique avec l'islam sont fréquents mais demeurent formels ou marqués par la méconnaissance, la peur et les clichés.

Soucieux de prendre en compte cette réalité, les évêques, qui disposent par ailleurs d'un conseil pour "les relations interreligieuses et les nouveaux courants religieux", ont mis en place un groupe de travail pour réfléchir aux "types de dialogues possibles entre catholiques et musulmans". "Dans l'épiscopat, les rapports avec l'islam vont de la diabolisation à la naïveté", reconnaît un évêque, engagé dans la réflexion sur le sujet.

Aujourd'hui, près de la moitié des diocèses ont un délégué chargé des relations avec l'islam. "Mais l'offre de formation n'est pas suffisante", regrette Roger Michel, prêtre et formateur. "Pourtant, la demande existe. Cette année, nous avons accueilli plus de quarante personnes contre vingt-huit l'an dernier", indique Christophe Roucou, directeur du service des relations avec l'islam.

Soeur Annie, membre d'une communauté religieuse installée dans des HLM de la banlieue du Mans est venue à Orsay en quête d'une formation "plus poussée" pour "faire la part des choses entre ce qui est colporté sur l'islam et la réalité". "Jusque-là, les échanges avec mes voisins musulmans étaient terre à terre, dit-elle. Cette formation me permettra d'être plus sûre de moi pour discuter religion avec eux."

"On n'a appris l'islam ni à l'école ni au séminaire, témoigne aussi André Dhélin, prêtre dans le Nord. Je le découvre sur le terrain, mais je sais bien que l'islam est plus large que ce que je peux en voir dans ma paroisse !"

"Jusqu'à récemment, l'Eglise était plutôt axée sur l'accueil fraternel des immigrés. Aujourd'hui, il faut une formation pour approfondir le dialogue théologique", défend Max de Guibert, un prêtre nouvellement chargé du dialogue interreligieux dans son diocèse.

QUESTIONS CONCRÈTES

Plus inattendue, la présence d'un moine de l'abbaye de Cîteaux (Côte-d'Or) souligne la dimension spirituelle de l'islam. "Dieu saurait-il distinguer entre un musulman mystique et un chrétien mystique ?", lance frère Frédéric, engagé dans des échanges interreligieux, notamment avec une communauté de soufis installée près de son abbaye.

Mais, pour la plupart des participants, les questions sont plus concrètes. "Dans les paroisses, on voit arriver de plus en plus de couples mixtes ; des musulmans participent aux mariages religieux. Quelle image doit-on leur donner de l'Eglise ?", s'interroge l'un d'entre eux. Faute de "savoir faire", certains curés refusent de procéder à des mariages dont l'un des conjoints est musulman. "Côté musulman, on ne sait pas à quel type d'interlocuteurs s'adresser pour résoudre ces questions", se plaignent aussi les acteurs de terrain.

"Souvent, il faut baptiser les convertis en cachette car la pression sociale de leur communauté est trop forte", rapporte un prêtre. "Ce que les gens entendent de l'islam ne les incite pas à voir les choses d'un oeil positif et je suis frappé par le désarroi des familles (de culture catholique) qui voient leurs jeunes se tourner vers l'islam. Elles craignent qu'ils ne finissent terroristes", raconte un autre.

Le prosélytisme réel ou supposé de certains groupes musulmans inquiète aussi. "Même dans les écoles catholiques (où les élèves de confession musulmane sont parfois majoritaires), des familles demandent la suppression de la viande de porc", s'indigne une participante.

Tous demeurent néanmoins convaincus de "l'enrichissement mutuel" que procure le dialogue entre les deux religions. Un avis qui ne fait pas l'unanimité dans l'Eglise. "Le dialogue interreligieux tel qu'il se pratique est une comédie car on n'y parle pas des points de doctrine qui nous divisent ; les musulmans ne montrent qu'un aspect des choses et ne font que la moitié du chemin", indiquait récemment au Monde le prêtre responsable des relations avec l'islam pour le diocèse de Paris, François Jourdan.
Revenir en haut Aller en bas
 
Des prêtres catholiques se forment à l'islam
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Construire Ensemble avec Nicolas Sarkozy :: Débats nationaux et internationaux :: Actualité nationale-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser