Forum Construire Ensemble avec Nicolas Sarkozy

Forum politique au service de la République, de la Liberté, de l'Egalité et de la Fraternité
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Enquête sur les gâtés du système : les privilégiés français

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Jarod
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2308
Personnage politique préféré : Charles de Gaulle
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Enquête sur les gâtés du système : les privilégiés français   Jeu 9 Aoû - 0:04



Citation :
Cent trente régimes spéciaux de retraites, plusieurs centaines de milliers de logements de fonction, des allocations datant du régime de Vichy, un fouillis de primes et gratifications diverses, sans oublier la garantie de l'emploi à vie : jamais le statut des 5 millions d'agents de l'Etat et assimilés n'a paru aussi déconnecté de la vie économique réelle.

Mais si la date anniversaire du 4 août, marquant l'abolition des privilèges de l'Ancien Régime, prend une consonance particulière, c'est parce que le programme de Nicolas Sarkozy prévoit une remise en cause de certains de ces avantages. Cela malgré le risque non négligeable d'une confrontation sévère avec une partie de l'opinion. Le poids du secteur public reste en effet si élevé que toute famille en France se trouve, de près ou de loin, liée à un fonctionnaire d'Etat ou un agent des hôpitaux ou des collectivités territoriales. Dès lors, la dénonciation de leurs avantages, qui alimente depuis des décennies les discussions de café du commerce et vous gâche en un temps record un repas de famille, est toujours assortie d'une certaine ambivalence.

Plusieurs éléments font pencher aujourd'hui la balance en faveur d'une révolution des esprits. «La France est le seul pays où les rémunérations du public sont plus élevées en moyenne que celles du privé», rappelle Nicolas Lecaussin, le président de l'Institut français de recherche sur les administrations publiques (Ifrap). Aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne, en Allemagne, en Espagne ou en Italie, les rémunérations des agents de l'Etat sont inférieures de 20 à 25%. En France, au contraire, le fonctionnaire est payé 2 127 euros net par mois en moyenne (chiffres 2005 donnés par l'Insee) contre 1 904 euros pour le privé, soit une différence de près de 12% en sa faveur (l'équivalent d'un mois et demi de salaire par an). Quant au salaire minimal dans la fonction publique, il est plus élevé que le smic d'environ 20%.

Exit donc le mythe du fonctionnaire mal payé dont les menus avantages compenseraient la modicité des émoluments. Certes, en 2005, son salaire n'a augmenté que de 0,9%, soit moins que l'inflation (1,8%), alimentant la fureur des syndicats. Mais une fois pris en compte l'effet génération (le remplacement des retraités par des juniors), les émoluments ont en réalité, à effectif constant, crû de 2,2%, soit 0,4% au-dessus de l'inflation.

Autre facteur favorisant la réforme : les Français ont témoigné durant cette présidentielle de leur inquiétude face au creusement abyssal de la dette. L'attente exprimée est claire : la gestion publique doit cesser de se reposer sur cette source sans fin que constitue l'endettement. Et, dès lors, élaguer cette véritable jungle d'avantages et primes diverses dans laquelle plus personne ne comprend rien. Même parmi les fonctionnaires, ce discours est accueilli favorablement. L'automaticité des privilèges lasse un bon nombre de salariés du public dont le dévouement (infirmières, médecins, policiers, militaires sur les conflits lointains, gendarmes...) ne trouve guère de récompense.

Certains, au bas de l'échelle, la plupart contractuels (16% du total), connaissent une paupérisation et une précarité croissantes, et s'exaspèrent qu'on leur reproche une sécurité de l'emploi et des salaires... qu'ils n'ont pas. Ce prolétariat de la fonction publique a tout intérêt à ce que le mastodonte bouge, dans un sens ou l'autre. D'autres s'attristent de l'automaticité des primes qui explique des performances générales en berne : malgré un budget qui constitue la première dépense de l'Etat, les élèves de l'Education nationale obtiennent une maigre 15e place en terme de compétence générale, selon une étude conjointe de l'Ocde et de l'Unesco. La collecte des impôts présente, elle, un coût supérieur de 20% à la moyenne européenne. Sans oublier une véritable rupture des Français avec leurs services publics, puisque, selon le sondage BVA/Institut Paul Delouvrier de juin dernier, un concitoyen sur deux se dit mécontent de la qualité de la justice, de l'Education nationale et des services fiscaux, deux sur trois des administrations liées à l'environnement et au logement, et trois sur quatre des administrations et assimilés en charge de l'emploi. Des résultats indignes d'une administration réputée autrefois l'une des plus performantes au monde.

Pour autant, traiter le monde des fonctionnaires comme un tout serait absurde. Il est le plus disparate qui soit notamment en terme d'avantages. Aux primes des uns, logements et voitures de fonction et autres indemnités, s'ajoutent pour les autres un fatras de gratifications exotiques, où les primes de «suggestions exceptionnelles» voisinent avec celles «de haute technicité», les indemnités de chaussures, celles d'utilisation de langue étrangère, ce «fouillis baroque» (selon les termes d'un comité d'enquête dépendant de la Cour des comptes) composant au minimum 16% du salaire moyen des fonctionnaires (mais par exemple 30% de ceux de Bercy ou 40% du salaire net des aides-soignantes). Encore s'agit-il des avantages recensés et déclarés.

Un rapport de l'Inspection des finances a montré que les logements de fonction (200 000 environ) au titre de la «nécessité de service» représentaient en Ile-de-France un avantage moyen variant entre 7 850 euros (dans l'Oise) et 19 850 euros à Paris en 2004, bénéfice qui «échappe largement à la taxation fiscale et sociale». Même constatation concernant les voitures de fonction (150 000 environ) dont le coût est de l'ordre du demi-milliard d'euros et dont les trois quarts servent aussi à des déplacements privés. La plupart des ministères ne déclarent pas ces avantages en nature. Résultat de cet enchevêtrement de primes et avantages, tantôt déclarés, tantôt pas : une formidable opacité et inégalité et de sévères jalousies entre directions et services.

Ainsi, quand un fonctionnaire s'indigne des avantages automatiques dans l'administration, il pense moins à lui qu'à son voisin ! Le salarié des douanes pourra s'offusquer de l'empilement des primes que se versent les fonctionnaires de Bercy, qui répliqueront, eux, en stigmatisant les retraites des employés de la Banque de France (75% du traitement des derniers six mois). Ceux-ci rétorqueront qu'un militaire peut prendre sa retraite après quinze ans à peine de service, et cumuler alors pension et travail dans le privé, mais le même militaire, payé chichement, pourra à son tour se plaindre des émoluments du trésorier payeur général (qui flirte avec les 200 000 euros par an, primes comprises). Offusqué, le TPG désignera le régime envié de l'ambassadeur (au statut fiscal imbattable grâce à «l'indemnité de résidence»), qui pointera en retour les avantages des fonctionnaires des DOM-TOM dont la sur-rémunération se chiffre pour la collectivité en milliards d'euros.

Dans ce Meccano complexe où tout le monde se tient par la barbichette, l'astuce de Nicolas Sarkozy a été de donner un premier coup de pied sur l'une de ses bases - les régimes spéciaux de retraites. En attendant, fidèle à la technique chinoise dite «de la forteresse assiégée» (l'attaquant crée une brèche sévère dans la muraille puis attend qu'elle se disloque en jouant sur la durée), déjà adoptée pour la réforme des universités, que la citadelle des avantages acquis se lézarde lentement minée par cette première voie d'eau.

Les retraites, il est vrai, constituent le fond de nougatine de cette grande pièce montée. Avantage considérable du fonctionnaire : il calcule sa pension non sur les 25 meilleures années ou sur l'ensemble de sa carrière, mais sur les 6 derniers mois de travail, quand il est au summum de son évolution et cumule années d'ancienneté et promotion. Résultat : «l'Etat, pour assurer ses obligations, est obligé de verser une cotisation patronale de l'ordre de 50% du salaire versé contre 15,5% pour le privé, à seule fin d'assurer ses obligations vis-à-vis des retraités. Le cotisant, lui, verse à peine 7,85% de son salaire en cotisations, soit 30% de moins que le salarié du privé», explique le président de l'Ifrap. Mais les 130 régimes spéciaux (Ratp, Sncf, EDF...) qui concernent 1,5 million de retraités et cotisants, font encore beaucoup mieux, comme le départ dès 50 ans pour les conducteurs de la Sncf et de la Ratp.

Témoin de toutes ces contradictions : Bercy. Le service censé s'assurer de l'imposition et de la collecte des impôts, c'est-à-dire de la gestion de l'argent public de tous les Français, est le plus gros pourvoyeur d'auto-gratifications en tout genre. Cette riante danseuse de la République s'est ainsi distribué 1,67 milliard d'euros de primes diverses en 2002, dernière année connue, et continue d'en inventer de nouvelles. En 2003, le système des 400 primes gratifiant les 180 000 agents du ministère, conçues pour certaines à l'issue de conflits sociaux et pouvant représenter 100% du traitement de base, a certes été simplifié. Mais le coût global reste inchangé et ces compléments de salaire représentent toujours en moyenne 30% des émoluments de ces fonctionnaires qui font pâlir d'envie leurs homologues des autres administrations.

Reste qu'aucune réforme ne peut se mener sans la participation active d'une haute hiérarchie qui doit prendre acte du caractère explosif de la nouvelle donne : sans le recours à la dette et sous la contrainte de la mondialisation, l'économie française ne peut plus absorber un coût de la fonction publique déconnecté de son apport réel à la croissance, immédiate ou future. Mais là réside aussi le hic qui explique l'étonnante résistance de l'administration au changement. Car les hauts fonctionnaires sont les gâtés du système. Ils peuvent quitter la fonction publique, alléchés par les hauts salaires des dirigeants du privé ou les frissons de la carrière politique. Et en cas de ralentissement de la conjoncture, de plantage ou de non-élection, chacun sait qu'ils retrouvent leur administration d'origine. Le beurre et l'argent du beurre, disent les méchants. Cet avantage ne les incite en tout cas guère à promouvoir de grands changements, tout comme leur origine monolithique via la fameuse ENA, machine auto-centrée destinée à fabriquer les élites administratives soucieuses de leur statut et prébendes. « On vit dans une république monarchique. Les hauts fonctionnaires constituent une noblesse d'Etat qui remplace celle du sang d'autrefois», dit Yvan Stefanovitch, auteur d'un édifiant Aux frais de la princesse (Jean-Claude Lattès, 2007). Dans ce cadre, pas sûr que de nouveaux vicomte de Noailles ou duc d'Aiguillon, ceux-là mêmes qui suscitèrent l'abolition des privilèges, aient trop envie de se faire connaître...

_________________
« Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur » (Le Figaro)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.oeuvre-orient.fr/
karg se
2è avertissement
2è avertissement


Masculin
Nombre de messages : 3119
Age : 35
Localisation : Cestas
Personnage politique préféré : AWESOM Ô 4000
Parti politique affilié : MDUE: Mouvement Gauchiste Ultralibéral Evolutioniste
Date d'inscription : 19/05/2007

MessageSujet: Re: Enquête sur les gâtés du système : les privilégiés français   Jeu 9 Aoû - 0:24

Marseille?
Bavarez?
Salin?

Citation :

Aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne, en Allemagne, en Espagne ou en Italie, les rémunérations des agents de l'Etat sont inférieures de 20 à 25%. En France, au contraire, le fonctionnaire est payé 2 127 euros net par mois en moyenne (chiffres 2005 donnés par l'Insee) contre 1 904 euros pour le privé, soit une différence de près de 12% en sa faveur (l'équivalent d'un mois et demi de salaire par an). Quant au salaire minimal dans la fonction publique, il est plus élevé que le smic d'environ 20%.

A formation égale, c'est pas le cas...tu oublie de préciser qu'en France haut diplômés sont exclu du marché du travail privé, alors mécaniquement...

Citation :
Ce prolétariat de la fonction publique a tout intérêt à ce que le mastodonte bouge, dans un sens ou l'autre.

Dans le fameux rapport Cahuc, la même observation est faite au sujet du privé.

Ne limite pas ton analyse aux fonctionnaires, les privilèges en France sont largement distribués, je te conseil de lire ce livre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.agoravox.fr/auteur.php3?id_auteur=10122
Marco Po
Invité



MessageSujet: Re: Enquête sur les gâtés du système : les privilégiés français   Jeu 9 Aoû - 2:18

Karg Se a écrit:
A formation égale, c'est pas le cas...tu oublie de préciser qu'en France haut diplômés sont exclu du marché du travail privé, alors mécaniquement...

Je ne comprend a cette affirmation grotesque et incomplete !
Revenir en haut Aller en bas
sylvanus5
1er avertissement
1er avertissement


Masculin
Nombre de messages : 231
Age : 50
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 28/05/2007

MessageSujet: Re: Enquête sur les gâtés du système : les privilégiés français   Jeu 9 Aoû - 8:02

Jarod a écrit:
Citation :
...Dans ce Meccano complexe où tout le monde se tient par la barbichette, l'astuce de Nicolas Sarkozy a été de donner un premier coup de pied sur l'une de ses bases - les régimes spéciaux de retraites...
Oui, sauf qu'il n'y a rien de prévu pour le régime spécial des retraites des élus et gouvernants !
De plus, il faut aussi signaler que les fonctionnaires des collectivités locales sont prioritaires pour entrer dans les HLM (ex. à Lyon, les employés, cadres compris, du Grand Lyon ont accés à l'OPAC du Grand Lyon - et ce n'est pas des appartements minables, dans des quartiers minables - où les loyers sont inférieurs de - 25 à 40 % par rapport au marché privé) ! Construire des HLM, c'est bien, mais si c'est pour loger des fonctionnaires qui peuvent se loger dans le marché privé !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
karg se
2è avertissement
2è avertissement


Masculin
Nombre de messages : 3119
Age : 35
Localisation : Cestas
Personnage politique préféré : AWESOM Ô 4000
Parti politique affilié : MDUE: Mouvement Gauchiste Ultralibéral Evolutioniste
Date d'inscription : 19/05/2007

MessageSujet: Re: Enquête sur les gâtés du système : les privilégiés français   Jeu 9 Aoû - 13:43

Citation :
Je ne comprend a cette affirmation grotesque et incomplete !

Tu connais beaucoup de BAC+8 dans les entreprises?
A part le BTS/DUT et les ingénieurs, les entreprises n'embauchent que très rarement des gens issu des universités. Hors la fonction publique, avec notamment l'éducation national, emploi beaucoup de diplômés (+3 et +4) qui se retrouvent avec des payes de techniciens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.agoravox.fr/auteur.php3?id_auteur=10122
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Enquête sur les gâtés du système : les privilégiés français   Jeu 9 Aoû - 14:16

Marco Polo a écrit:

Je ne comprend a cette affirmation grotesque et incomplete !

Je te rassure, tu n'es pas le seul Wink
Revenir en haut Aller en bas
Marco Po
Invité



MessageSujet: Re: Enquête sur les gâtés du système : les privilégiés français   Jeu 9 Aoû - 15:18

Karg Se a écrit:
Tu connais beaucoup de BAC+8 dans les entreprises?
A part le BTS/DUT et les ingénieurs, les entreprises n'embauchent que très rarement des gens issu des universités. Hors la fonction publique, avec notamment l'éducation national, emploi beaucoup de diplômés (+3 et +4) qui se retrouvent avec des payes de techniciens.

Tu delires. De nombreux salaries issus de l'universite travaillent dans l'entreprise. Chercheurs en chimie, bio , pharmacie , medecins , des informaticiens type maitrise , des RH , des juristes ... Evidemment les DESS de Droit des Affaires Internationales , les DESS d'informatique d'Orsay ou les financiers et RH de Dauphine sont mieux vus que les psychologues barbus de Poitiers ou Nancy ( surtout si en plus ils se pointent avec la carte du PCF ou de la LCR dans la poche ).

Par ailleurs au niveau bac+8 et dans les meilleurs figurent sans doute aussi une belle proportion de diplomes des grandes ecoles ...

De toute facon avec le systeme LMD , le renouvellement des generations , les regroupements d'ecoles et d'universites qui vont se faire ( surtout avec la nouvelle loi sur l'autonomie des Universites ) pour faire face a la concurrence internationale , ces vieux phenomenes d'apartheid vont disparaitre ... sauf qu'il y aura toujours des Universites leaders sur des creneaux porteurs , et d'autres a la peine sur des creneaux pas porteurs !
Revenir en haut Aller en bas
karg se
2è avertissement
2è avertissement


Masculin
Nombre de messages : 3119
Age : 35
Localisation : Cestas
Personnage politique préféré : AWESOM Ô 4000
Parti politique affilié : MDUE: Mouvement Gauchiste Ultralibéral Evolutioniste
Date d'inscription : 19/05/2007

MessageSujet: Re: Enquête sur les gâtés du système : les privilégiés français   Jeu 9 Aoû - 16:26

Citation :
Tu delires.

Vraiment? Je te parle pas grandes entreprises, mais plutôt des PME qui ont du mal à passer certains cap, notamment celui d'embaucher des gens très diplômés.
Pourquoi le projet Phénix?
Et puis regarde là où ça marche c'est quand même pas pareil

Citation :

ces vieux phenomenes d'apartheid vont disparaitre

D'autant plus vite et de façon radicale si on supprime les grandes écoles, avec la création d'un concours national ouvert à tous les bacheliers pour la sélection (l'admissibilité = le bac).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.agoravox.fr/auteur.php3?id_auteur=10122
Marco Po
Invité



MessageSujet: Re: Enquête sur les gâtés du système : les privilégiés français   Jeu 9 Aoû - 16:35

Karg Se a écrit:
D'autant plus vite et de façon radicale si on supprime les grandes écoles, avec la création d'un concours national ouvert à tous les bacheliers pour la sélection (l'admissibilité = le bac).

C'est ca supprimons les ecoles qui marchent au benefice de la gabegie ... Les Grandes Ecoles ne disparaitront pas, dans les restructurations qui viennent, c'est leurs modeles qui vont s'imposer. Celui d'une selection dure, de l'ecole ouverte sur le monde et l'entreprise.

De toute facon, il y a des universites d'elite partout, Karg Se , Oxford et Cambridge chez les British , Heidelberg chez les allemands , Harvard , Yale , Mite , Ucla chez les americains, Beijing et Shanghai Tongji chez les chinois , Seoul en Coree du Sud ... partout ! L'elite est l'elite et elle est selectionnee en consequence , et formee dans les meilleures universites.

J'ai cotoye des chinois de Tongji qui sont passes par Paritech ( union des grands ecoles d'ingenieurs ... ) , et bien ce sont des jeunes gens fort brillants ...
Revenir en haut Aller en bas
karg se
2è avertissement
2è avertissement


Masculin
Nombre de messages : 3119
Age : 35
Localisation : Cestas
Personnage politique préféré : AWESOM Ô 4000
Parti politique affilié : MDUE: Mouvement Gauchiste Ultralibéral Evolutioniste
Date d'inscription : 19/05/2007

MessageSujet: Re: Enquête sur les gâtés du système : les privilégiés français   Jeu 9 Aoû - 16:42

Le modèle d'enseignement est bon j'en conviens, mais le problème est l'existence d'un système à double vitesse sachant que la sélection ne se fait pas sur toute la masse de bachelier mais sur une minorité qui s'inscrit en prépas ou qui passe par les concours parallèles.

Ce système cloisonné fait perdre des très bon élèves, j'ai fais ma spécialisation avec des masters ils sont aussi bon que des agro de base.

Il faut garantir l'accès à une formation post bac pour les bacs généraux (quitte a augmenter le niveau du bac) mais surtout sélectionné sur l'ensemble des bacheliers et pas sur la micro minorité qui va en prépas de génération en génération.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.agoravox.fr/auteur.php3?id_auteur=10122
Marco Po
Invité



MessageSujet: Re: Enquête sur les gâtés du système : les privilégiés français   Jeu 9 Aoû - 16:54

Karg Se a écrit:
Le modèle d'enseignement est bon j'en conviens, mais le problème est l'existence d'un système à double vitesse sachant que la sélection ne se fait pas sur toute la masse de bachelier mais sur une minorité qui s'inscrit en prépas ou qui passe par les concours parallèles.

S'inscrivent , p... t'es gonfle ! La selection a l'entree des prepas est impitoyable encore et heureusement ... Quand au reste , les concours parraleles ou admission sur dossier , il n'y a que la creme qui passe !

Tu es en bon gauchiste d'un anelitisme qui depasse l'entendement. Moi je dis que le fric est mis la ou il doit aller , miser sur les bon chevaux c'est la regle. Le reste des facs est a fermer je le repete ... c'est une honte de former des docteurs en psycho/socio chomeurs !
Revenir en haut Aller en bas
karg se
2è avertissement
2è avertissement


Masculin
Nombre de messages : 3119
Age : 35
Localisation : Cestas
Personnage politique préféré : AWESOM Ô 4000
Parti politique affilié : MDUE: Mouvement Gauchiste Ultralibéral Evolutioniste
Date d'inscription : 19/05/2007

MessageSujet: Re: Enquête sur les gâtés du système : les privilégiés français   Jeu 9 Aoû - 19:36

Citation :
S'inscrivent , p... t'es gonfle ! La sélection a l'entree des prepas est impitoyable encore et heureusement ... Quand au reste , les concours parraleles ou admission sur dossier , il n'y a que la creme qui passe !

Honnêtement, vu ce qui rentre en prépa, ce qui sort, il y a des gens très scolaires, qui réussissent parce qu'ils sont très bon en math, mais qui m'impressionnent pas du tous, pour les avoir côtoyer je loin d'être persuadé que c'est la crème de la crème.

C'est sur, il y a peu être 20% de boulet là ou ailleurs t'en a 80%, mais j'en connais qui auraient mérité leur place.

J'ai un pote, mauvais en math, c'est un crack en bio, il fait un thèse financé par la DGA sur le sang artificiel. Sympa pour un mec qu'on orienté en BTA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.agoravox.fr/auteur.php3?id_auteur=10122
sylvanus5
1er avertissement
1er avertissement


Masculin
Nombre de messages : 231
Age : 50
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 28/05/2007

MessageSujet: Re: Enquête sur les gâtés du système : les privilégiés français   Ven 10 Aoû - 15:26

Ce matin, sur RMC, ils ont parlé des employés du Sénat, suite à un article parue dans Marianne et aussi un livre !
C'est hallucinant, un simple jardinier, recruté après un concours avec recommandation, gagne 2.300 euros nets par mois (contre 1.000 en moyenne ailleurs) et 3.000 euros après 5 ans (dans certains collectivités locales, ils gagnent 1.200 nets en fin de carrière) ! Plus qu'un professeur agrégé ! Les chauffeurs ont 32 heures hebdomadaires payées plein temps ! C'est comme leur retraite, elle n'a pas été "réformée" !
Mais le plus surprenant, c'est quand ils ont interrogé un sénateur UMP : il defendait les acquis sociaux et expliquait que l'on allait pas toucher à ces statuts et avantages car les 1.200 salariés allaient mal le prendre ! J'hallucine, un élu UMP qui dit ça et je suis sûr qu'il est pour la réforme des retraites des employés d'EDF-GDF ou de la SNCF !
Ce ci montre que les reformes des régimes spéciaux de retraite ne toucheront pas tous ces régimes (je l'ai déjà signalé ici, sans que cela choque personne, que le régime des parlementaires, apr ex., ne sera pas réformé), mais seulement certains !
Je le dis, et le répête encore une fois, je suis pour la refonte de TOUS les régimes de retraite dans un seul régime !

Bon, j'espère ne pas avoir un 2nd avertissement à cause de ça !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
livaste
Délégué national
Délégué national
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4625
Personnage politique préféré : Sarkozy
Parti politique affilié : UMP
Date d'inscription : 19/05/2007

MessageSujet: Re: Enquête sur les gâtés du système : les privilégiés français   Ven 10 Aoû - 15:42

Ca semble hallucinant !
Mais sur suel statut sont ils recrutés ?
dans la fonction publique , un " jardinier " c'est la catégorie C , donc des traitements autour du SMICs !
Il faut qu'on recherche leur grille indiciaire , et que celui qui trouve la poste !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
livaste
Délégué national
Délégué national
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4625
Personnage politique préféré : Sarkozy
Parti politique affilié : UMP
Date d'inscription : 19/05/2007

MessageSujet: Re: Enquête sur les gâtés du système : les privilégiés français   Ven 10 Aoû - 15:59

je viens de jeter un coup d'oeil sur les grilles indiciaires , la catégorie C débute à l'indice 276 ce qui lui fait un revenu brut de 1235 euros !

un ingénieur , cat A demarre à l'indice 349 ce qui fait à peu près 1562 euros !

on est loin du jardinier en question !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
karg se
2è avertissement
2è avertissement


Masculin
Nombre de messages : 3119
Age : 35
Localisation : Cestas
Personnage politique préféré : AWESOM Ô 4000
Parti politique affilié : MDUE: Mouvement Gauchiste Ultralibéral Evolutioniste
Date d'inscription : 19/05/2007

MessageSujet: Re: Enquête sur les gâtés du système : les privilégiés français   Ven 10 Aoû - 16:43

Les employés du sénat, c'est loin d'être la seule chose anormal au sujet du sénat...
J'espère au moins que c'est de très bon jardinier, faudrai avoir une idée de leur niveau de formation déjà.

Citation :

Je le dis, et le répête encore une fois, je suis pour la refonte de TOUS les régimes de retraite dans un seul régime !

Ouai, faudra un seul système mais qui prennent en compte la pénibilité, le risque (au sens large), et aussi les désirs de gens (dépars volontairement retardé ou anticipé).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.agoravox.fr/auteur.php3?id_auteur=10122
sylvanus5
1er avertissement
1er avertissement


Masculin
Nombre de messages : 231
Age : 50
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 28/05/2007

MessageSujet: Re: Enquête sur les gâtés du système : les privilégiés français   Ven 10 Aoû - 18:07

livaste a écrit:
Ca semble hallucinant !
Mais sur suel statut sont ils recrutés ?
dans la fonction publique , un " jardinier " c'est la catégorie C , donc des traitements autour du SMICs !
Il faut qu'on recherche leur grille indiciaire , et que celui qui trouve la poste !
Le sénateur en question, questeur du sénat, n'a pas démentis les chiffres ! Les employés sont fonctionnaires, recrutés sur concours, mais un concours un peu spécial : avec "recommandation" ! Ils ont leur propre grille indiciaire ! Et le sénat ne semble pas vouloir remettre en question ce statut spécial !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
livaste
Délégué national
Délégué national
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4625
Personnage politique préféré : Sarkozy
Parti politique affilié : UMP
Date d'inscription : 19/05/2007

MessageSujet: Re: Enquête sur les gâtés du système : les privilégiés français   Ven 10 Aoû - 18:10

si j'avais su .. au lieu d'être directrice à la justie , j'aurais fait jardinier au Sénat !lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
beld
Comité éxécutif
Comité éxécutif
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6223
Age : 109
Localisation : Gazagrad
Personnage politique préféré : Joseph Slatine
Parti politique affilié : PRG/Modem
Date d'inscription : 19/05/2007

MessageSujet: Re: Enquête sur les gâtés du système : les privilégiés français   Ven 10 Aoû - 18:16

Citation :
En France, au contraire, le fonctionnaire est payé 2 127 euros net par mois en moyenne

Bizarre, je susi payé bien au dessous, et je suis catégorie A... peut être que certains salaires tirent le reste vers le haut...

Sinon suite à la remarque de Karg sur les bac +8, il est vrai qu'une thèse en France n'est pas un diplôme autant considéré dans le privé que d'en d'autres pays, sauf douclé d'un diplôme d'ingnieur. Je fais moi même partis de ceux qui se sont retrouvé fonctionnaires après avoir chercher dans le privé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
livaste
Délégué national
Délégué national
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4625
Personnage politique préféré : Sarkozy
Parti politique affilié : UMP
Date d'inscription : 19/05/2007

MessageSujet: Re: Enquête sur les gâtés du système : les privilégiés français   Ven 10 Aoû - 18:26

je ne sais pas ce qu'ils ont intégré dans cette moyenne , peut être les pseudos fonctionnaires du Senat !
Sinon , quand on voit les grilles de départ , comme je l'ai signalé plus haut , indice 349 pour un ingénieur , c'est pas le Pérou !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
karg se
2è avertissement
2è avertissement


Masculin
Nombre de messages : 3119
Age : 35
Localisation : Cestas
Personnage politique préféré : AWESOM Ô 4000
Parti politique affilié : MDUE: Mouvement Gauchiste Ultralibéral Evolutioniste
Date d'inscription : 19/05/2007

MessageSujet: Re: Enquête sur les gâtés du système : les privilégiés français   Ven 10 Aoû - 20:25

Citation :
comme je l'ai signalé plus haut , indice 349 pour un ingénieur , c'est pas le Pérou !

Pour un agro débutant c'est pas mal, j'ai deux copines sur Paris elles touchent à peu prés ça, une en province gagne que 1200...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.agoravox.fr/auteur.php3?id_auteur=10122
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Enquête sur les gâtés du système : les privilégiés français   Ven 10 Aoû - 20:27

livaste a écrit:
je ne sais pas ce qu'ils ont intégré dans cette moyenne , peut être les pseudos fonctionnaires du Senat !
Sinon , quand on voit les grilles de départ , comme je l'ai signalé plus haut , indice 349 pour un ingénieur , c'est pas le Pérou !

Pour pouvoir dire si c'est pas mal, il faut connaitre le point d'indice...
Revenir en haut Aller en bas
karg se
2è avertissement
2è avertissement


Masculin
Nombre de messages : 3119
Age : 35
Localisation : Cestas
Personnage politique préféré : AWESOM Ô 4000
Parti politique affilié : MDUE: Mouvement Gauchiste Ultralibéral Evolutioniste
Date d'inscription : 19/05/2007

MessageSujet: Re: Enquête sur les gâtés du système : les privilégiés français   Ven 10 Aoû - 20:29

Citation :
un ingénieur , cat A demarre à l'indice 349 ce qui fait à peu près 1562 euros !

Suffit de suivre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.agoravox.fr/auteur.php3?id_auteur=10122
livaste
Délégué national
Délégué national
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4625
Personnage politique préféré : Sarkozy
Parti politique affilié : UMP
Date d'inscription : 19/05/2007

MessageSujet: Re: Enquête sur les gâtés du système : les privilégiés français   Ven 10 Aoû - 20:32

le point d'indice est à environ 4,4 !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Enquête sur les gâtés du système : les privilégiés français   Ven 10 Aoû - 20:32

Un VRAi ingénieur agronnome qui ne débute pas au moins à ce prix dans le privé,
c'est qu'il n'a pas les bonnes compétences...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Enquête sur les gâtés du système : les privilégiés français   

Revenir en haut Aller en bas
 
Enquête sur les gâtés du système : les privilégiés français
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» URGENT - Profanation de la chapelle militaire de la Base navale de Toulon, le 8 décembre 2012
» Commission d’enquête parlementaire au COS-ONE
» ENQUÊTE/QUESTIONNAIRE
» Enquête de généalogie.com
» Enquête : la mobilité professionnelle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Construire Ensemble avec Nicolas Sarkozy :: Débats nationaux et internationaux :: Economie-
Sauter vers: